Jeudi, 9 mai 2019

Risques et effets secondaires des produits utilisant des énergies fossiles

Le Conseil fédéral est chargé de vérifier s'il serait nécessaire de prévoir une obligation d'insérer dans les mesures publicitaires en faveur des produits utilisant des énergies fossiles une information sur les risques et les effets secondaires de ces produits, et de présenter ses conclusions sous la forme d'un rapport. Les conséquences climatiques de l'achat et de l'utilisation de tels produits et des investissements dans leur production doivent en effet être exposées de manière transparente, et le rapport demandé devra également montrer comment cette exigence pourrait être mise en oeuvre concrètement.

C'est aujourd'hui que nous devons agir pour la protection du climat, comme nous le disent non seulement les milliers de jeunes gens qui prennent part aux grèves climatiques, mais aussi, sans ambiguïté, les scientifiques. Nous savons vers où aller: vers plus d'énergies renouvelables et plus d'efficacité énergétique. Pourtant, les entreprises du secteur des énergies fossiles continuent à nous vanter sans scrupule aucun ni indication des effets secondaires leurs technologies émettrices de gaz à effet de serre, comme le chauffage au mazout, à coup d'assertions douteuses et de campagnes publicitaires intensives. Cela crée le risque de voir des investissements et des acquisitions se diriger vers des technologies préjudiciables au climat, sans que les investisseurs se rendent compte de leurs effets secondaires et en contradiction avec les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 et de l'Accord de Paris sur le climat. Outre leur nocivité pour le climat, les investissements dans les technologies fossiles sont également particulièrement risqués du point de vue économique. Il faut donc qu'il y ait davantage de transparence dans les mesures publicitaires, notamment en faveur des produits utilisant des énergies fossiles, de façon que les consommateurs soient parfaitement informés des conséquences de ces produits pour le climat.

 

L'un des moyens qui s'offrirait de créer la transparence nécessaire serait d'introduire une obligation d'exposer de manière visible, comme pour les médicaments, les "risques et effets secondaires", par ex. au moyen de labels ou de notations.

 

Déposé par: Jürg Grossen