Vendredi, 22 mars 2019

Armée exemplaire en matière de protection du climat

Pour que l'armée soit exemplaire en matière de protection du climat, le Conseil fédéral est prié d'élaborer un rapport dans lequel il étudiera les mesures suivantes: 1. installation de panneaux solaires sur les toits des bâtiments de l'armée; 2. électrification du parc automobile de l'armée.

En 2007, l'armée suisse expliquait dans un rapport qu'elle devait contribuer à la protection du climat en Suisse. Peu de mesures ont été prises depuis. Les objectifs du DDPS prévoient entre autres de réduire les émissions de CO2, d'ici 2020, de 20 pour cent par rapport à leur niveau en 2001. L'une des principales mesures serait de réduire le matériel et les effectifs. Mais il en faudrait beaucoup d'autres pour que l'armée soit réellement exemplaire en matière de protection du climat, même si elle a déjà compris que ces efforts auraient aussi un intérêt pour la sécurité du pays. En effet, les changements climatiques augmentent les risques de situations météorologiques extrêmes: sécheresses, inondations, éboulements, d'où l'importance de recourir à des mesures fortes, comme l'installation de panneaux solaires sur les toits et l'électrification du parc automobile. L'armée pourrait ainsi produire elle-même le courant qu'elle utiliserait pour ses véhicules.

 

L'installation de panneaux solaires sur les toits des bâtiments de l'armée représente un énorme potentiel, et le courant produit pourrait être utilisé à des fins très diverses: salles de cours, chauffage (abandon du mazout au profit de pompes à chaleur), cuisines et électromobilité.

 

D'après le DDPS, l'armée produit chaque année 240 000 tonnes de CO2. La moitié d'entre elles proviennent du trafic aérien et le quart du trafic routier. L'électromobilité améliorerait nettement ce bilan, car le DDPS consomme en tout 80 millions de litres de carburant par année. De plus, la mesure serait aisée à mettre en place du fait que nombre de véhicules de l'armée rentrent à leur base à midi et qu'ils pourraient ainsi être rechargés.

 

En mettant un accent sur la protection de l'environnement, l'armée, d'une part, montrerait l'exemple en la matière et, d'autre part, oeuvrerait pour la sécurité du pays (moins d'inondations, d'éboulements et d'émissions de CO2). Elle gagnerait ainsi sur toute la ligne.

 

Déposé par: Martin Bäumle