Pionniers : protéger le climat

Nous devons appliquer rapidement l'accord de Paris de façon cohérente. Pour y parvenir, nous avons besoin d'un objectif ambitieux de réduction des émissions de CO2 au niveau national. A l'étranger, il faut s'assurer que les émissions soient compensées selon des standards de qualité. Des mesures efficaces s'imposent. Outre les bâtiments, le trafic routier et aérien doit entrer dans l’équation. La transition écologique est possible et c'est une grande opportunité pour notre économie. Notre pays doit devenir un des leaders mondiaux de la protection du climat et des technologies propres.

Site Cleantech numéro un

La combinaison de l'environnement et de l'économie est le principe fondamental des vert’libéraux. Une protection cohérente du climat et une stratégie énergétique durable sont de grandes opportunités pour notre économie. La transition rapide d'un système de subventions à un système se voulant incitatif rend les subventions et les nombreuses législations superflues. Un prix de l'énergie équitable améliore la rentabilité des mesures d'efficacité énergétique et assure le développement de technologies propres. Cela ouvrira aussi de vastes possibilités à notre industrie d'exportation.

Défendre nos moyens d'existence

La biodiversité et la qualité de l'eau sont menacées. Le système actuel de paiements directs subventionne la pollution de l'eau potable et des sols. Des insectes et des oiseaux meurent. Nous devons nous réorienter progressivement ce système vers un système agricole durable, en évitant la surfertilisation et l'utilisation excessive de pesticides. 

En effet, au lieu de continuer à promouvoir ces pratiques, les paiements directs devraient être supprimés pour les utilisateurs de pesticides à haut risque . Un objectif contraignant de réduction des émissions d'azote est également nécessaire.

L'Europe comme une chance

Nous voulons protéger et renforcer les valeurs communes de la Suisse et de ses partenaires européens telles que les droits fondamentaux et la démocratie. Nous voulons participer sur un pied d'égalité à la vie économique et être en mesure d'acquérir une formation reconnue partout en Europe. Les marchandises et les services doivent pouvoir circuler et s’échanger librement en Europe. Pour tout cela, il faut un accord-cadre. C'est pourquoi presque toutes les entreprises,  universités et associations professionnelles soutiennent également la suite naturelle des accords bilatéraux.

Pour l'imposition individuelle

Le potentiel de main-d'œuvre est loin d'être exploité pleinement. De nombreuses personnes bien formées travaillent moins qu'elles ne le voudraient. La charge fiscale disproportionnée qui pèse sur le second revenu des couples mariés est une dissuasion grave qui entraîne de plus une pénurie de travailleurs qualifiés. La solution est l'imposition individuelle. Ce système permettra d'inciter la personne ayant le second revenu du ménage à gagner sa vie et ainsi d'accroître la participation des femmes au marché du travail et de contribuer à la prospérité de la Suisse.

Mariage pour tous

On continue à refuser les droits du mariage civil à une partie de notre société. On ne leur offre la possibilité que de faire un mariage de deuxième classe sous la forme du partenariat enregistré. Ce n’est pas digne d’un état de droit moderne et plus du tout adapté à notre époque. La mise en œuvre de notre initiative « mariage civil pour tous » est un pas attendu depuis longtemps vers l'élimination de la discrimination des couples de même sexe et la création de droits et d'obligations égaux pour tous. C’est une évidence pour un pays libre.

Rendre possible l'innovation

Le parlement adopte régulièrement des lois qui servent les intérêts d'industries ou d'entreprises individuelles plutôt que l'économie dans son ensemble. C'est le cas, par exemple, de la "Lex Booking.com" ou de la loi anticoncurrentielle sur les télécommunications, qui privilégie Swisscom, dont la majorité des parts appartiennent à l'Etat. L’économie de partage (« Sharing economy ») est également combattue à différents niveaux. Nous voulons lutter contrer ce protectionnisme. La digitalisation et la concurrence doivent enfin être reconnues par les politiciens comme une opportunité.

Un service public efficace

De plus en plus d'entreprises publiques sont présentes dans le marché privé. 

Qu'il s'agisse de la Poste, de Ruag ou de Swisscom, de fournisseurs d'énergie cantonaux, d'entreprises informatiques ou  de compagnies d'assurance du bâtiment. Cette évolution est problématique puisqu'il ne s'agit pas d'une concurrence à armes égales. 

Grâce au secteur monopolistique, les entreprises publiques disposent d'un pouvoir de marché énorme alors qu'elles devraient se concentrer sur le service public proprement dit. Cela permettrait  aux entreprises privées innovantes de se développer de manière optimale.

Infrastructures efficaces

La Suisse continue de dépenser des milliards pour ses infrastructures. 

L'augmentation de la demande de transport est toujours résolue de la même façon: l'expansion du réseau existant.

L'argent est investi directement dans le bétonnage. Malgré cela, le réseau routier reste surchargé, même hors des heures de pointe. La solution est donc des systèmes modernes de gestion du trafic, des modèles flexibles de travail et d'école et des tarifs adaptés de mobilité. Cela permettra aux contribuables d'économiser de l'argent, de réduire l'impact sur l'environnement et d'augmenter le confort indidividuel.

Bâtiment = centrale électrique

Nous voulons créer les conditions-cadres pour une alimentation électrique efficace et décentralisée ; il faut des réseaux intelligents au lieu d'une accumulation d'infrastructures inutiles. Les technologies sont disponibles depuis dix ans, mais la politique et les fournisseurs refusent d'ouvrir les yeux. On continue de faire comme il y a trente ans ! La digitalisation, en particulier, ouvre des dimensions  nouvelles dans l'utilisation de l'énergie, notamment en termes d'efficacité énergétique et de production décentralisée. Chaque bâtiment doit devenir une centrale électrique.

Mobilité durable

Afin de réduire durablement les besoins de mobilité, nous voulons rapprocher les lieux d’habitat, de loisirs et de travail. Un aménagement du territoire cohérent et une tarification globale de la mobilité sont des enjeux capitaux. Il faut avant tout éviter le trafic, mais aussi promouvoir le passage à des moyens de transport plus durables, tels que le vélo, la marche à pied et les transports publics. L'électromobilité joue également un rôle clé et la réutilisation des batteries pour stocker l’énergie produit par un bâtiment est un complément à notre système électrique du futur.

Moins d'étalement urbain

La densification des zones déjà construites est nécessaire à la préservation de zones de détente et verdure locales et à la création de nouvelles zones similiaires. Les agglomérations doivent continuer à être attrayantes grâce un paysage intact, et cela passe par une densification modérée. L'aménagement du territoire dans les zones périphériques doit tenir compte des préoccupations socio-économiques des zones de montagne et périphériques ainsi que de la protection des paysages en tant que zones de loisirs. Le tourisme respectueux de l'environnement doit également avoir sa place.

Une agriculture moderne

Nous défendons une agriculture écologiquement durable, entrepreneuriale et multifonctionnelle. Pour y parvenir, les politiciens doivent repenser leur approche. Pour renforcer l'esprit d'entreprise et l'innovation et améliorer la qualité de l'environnement, nous avons besoin de moins, et non d’avantage, de ressources financières de l'État. Les incitations nuisibles à l'environnement doivent être éliminées.

Les services économiques et écologiques publics, tels que l'entretien du paysage culturel et la préservation de la biodiversité, devraient être au contraire mieux récompensés.

Economie libérale

Nous considérons l'ordre économique libéral et la flexibilité du marché du travail comme l’atout majeur de la Suisse. L'esprit d'entrepreunariat doit être activement encouragé dans de bonnes conditions générales et ne doit pas être inutilement limité par la bureaucratie. Nos milliers de PME constituent un pilier important dans notre économie. L'intervention de l'État sur le marché devrait toujours reposer sur des systèmes d'incitation fondés sur le marché, tels que des prélèvements incitatifs et, si cela n'est pas possible autrement, sur des réglementations et des interdictions.

Des finances saines

Nous voulons que l'État ne laisse pas des dettes aux générations futures. Des priorités claires doivent être fixées pour les dépenses. Nous soutenons à la fois une concurrence fiscale équitable entre les cantons et les communes et et le maintien de la péréquation financière. La concurrence fiscale favorise l'utilisation efficace des ressources limitées de l'État et conduit à une offre de services publics fondée sur les besoins.Nous sommes également de l'avis que les ressources et les activités des différentes zones de la Suisse nécessitent une solidarité entre les cantons et les régions.

Une politique sociale juste

Nous défendons un filet de sécurité sociale qui permet une vie digne  dans toutes les phases de la vie. Cependant, la politique sociale ne peut rendre justice aux personnes que si elle est adaptée à leur potentiel. 

Cela signifie, par exemple, que l'aide sociale doit aussi ouvrir la voie à une vie indépendante. En outre, la politique sociale n'est durable que si elle protège nos services sociaux pour les générations futures. C'est pourquoi nous rejetons la politique indifférenciée de l'arrosoir de prestations à gauche de même que les exercices d'économie tentés à droite.

Prévoyance vieillesse durable

Nous vivons en bonne santé de plus en plus longtemps. Cela conduit nécessairement à une réforme de la prévoyance vieillesse. Nous voulons assouplir l'âge de la retraite et égaliser l'âge de la retraite pour les hommes et les femmes. Dans le même temps, nous devons améliorer le revenu à temps partiel dans le domaine du deuxième pilier en supprimant la déduction de coordination. Les charges doivent être réparties également entre les générations. Afin d'assurer cette équité intergénérationnelle, un frein à l'endettement est une nécessité pour la prévoyance vieillesse.

Une société libre

Nous voulons vivre dans une société où la liberté individuelle et la responsabilité personnelle occupent une place primordiale. L'État ne devrait pas dicter aux gens comment ils devraient vivre et il devrait se comporter de façon neutre à l'égard de toutes les visions du monde, dans la mesure où elles sont compatibles avec notre système juridique. L'égalité des chances, l'égalité des sexes et de tous les modèles de vie et de famille sont pour nous une évidence et doivent être garantis. La discrimination et le racisme n'ont pas leur place dans notre société.

100% d'égalité

L'égalité entre les sexes et tous les modèles de vie et de famille sont pour nous une évidence.  Il s'agit notamment d'assurer l'égalité de salaire pour un travail égal et l'égalité de traitement dans le droit fiscal et le droit de la sécurité sociale. L'ouverture du mariage aux couples de même sexe, la pleine égalité pour l'adoption et la médecine reproductive sont une évidence. De plus, la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale doit être garantie en offrant des structures d'accueil quotidiennes des enfants à tous les niveaux.

Renforcer formation et recherche

L'éducation et la recherche jouent un rôle clé dans une société libérale. En particulier, pour assurer l'égalité des chances et notre force d'innovation. Une école primaire forte et un système d'éducation duale sont primordiaux. L'apprentissage d'une deuxième langue nationale comme première langue étrangère à l'école primaire est important pour faciliter les échanges linguistiques et culturels entre les différentes parties du pays. Nous défendons également activement la compétitivité internationale de nos sites universitaires et de recherche.

Réformer le système de santé

Nous voulons un système de santé garantissant des soins à toute la population tout en favorisant la responsabilité personnelle et la prévention afin de réduire les coûts. Cela comprend un système d'assurance maladie incluant la liberté de choix. Les mauvaises incitations doivent être supprimées.  Il faudrait,p. ex., un financement uniforme des services aux patients hospitalisés et ambulatoires. Il faut mettre fin au système incitant les médecins hospitaliers à recevoir le plus de patients possible. Les droits des patients, en particulier celui d'être informé, doivent être renforcés.

Une Suisse ouverte et connectée

La Suisse est l'un des pays les plus interconnectés au monde. Nous y voyons une chance à saisir et nous nous engageons pour une politique active en faveur de la paix, de la démocratie, de l'État de droit, de la protection de l'environnement et des droits de l'homme. Le libre-échange et les partenariats économiques  assurent notre prospérité et, si les conditions sociales et écologiques appropriées sont réunies, offrent à tous les pays une possibilité de développement économique. Cela crée la stabilité, favorise la paix et réduit la pauvreté dans le monde.

Intégrer avec succès

Nous sommes convaincus que la migration est profitable pour notre société et notre économie et que cela continuera à être le cas. Lorsque les gens s'installent chez nous, leur volonté d'intégration doit être une condition préalable. Le principe de la responsabilité personnelle s'applique également ici. Toutefois, l'État devrait soutenir l'intégration, par exemple avec des cours de langue. L'attribution de la nationalité doit se fonder en premier lieu sur le degré d'intégration et non sur la durée du séjour en Suisse.

Pour la tradition humanitaire

Nous restons fidèles à la tradition humanitaire de la Suisse. Notre pays devrait continuer à offrir l'asile aux personnes persécutées.

Pour que cela continue, les procédures d'asile doivent être menées rapidement. Conformément à notre responsabilité humanitaire, nous nous engageons en faveur d'une coopération internationale au développement durable qui accorde une importance essentielle aux défis écologiques. Une politique de développement cohérente inclut également la renonciation aux subventions à l'exportation et l'accès des pays en développement au marché suisse.

Pour les droits fondamentaux

Les droits fondamentaux tels que la liberté, l'intégrité individuelle et la propriété de tout être humain doivent être protégés. Lorsque la responsabilité personnelle et la décence font défaut, l'État a la tâche de protéger ces droits fondamentaux et de punir les infractions de manière proportionnée. Cependant, nous devons être conscients qu'il ne peut y avoir de sécurité absolue dans une société libre. Les mesures de sûreté de l'État exigent une base juridique et un contrôle efficace. Dans notre société libre, nous devons nous engager pour garantir la sphère privée.

Service citoyen pour tous

Les forces armées doivent être adaptées aux menaces et dangers les plus vraisemblables à l'heure actuelle et dans le futur. Il s'agit du cyber-terrorisme, de la protection des infrastructures critiques, des services d'appui aux catastrophes environnementales ou des missions de maintien de la paix dans le cadre d'un mandat de l'ONU. Nous exigeons également un service citoyen obligatoire à la place du service militaire obligatoire actuel, à l'occasion duquel les femmes et hommes peuvent choisir librement  dans quel domaine (protection civile, service civil ou militaire) ils souhaitent servir.