Les conséquences de la crise de la COVID-19 représentent l'un des plus grands défis que notre pays ait connus ces dernières décennies. Dans l’urgence, la bonne réponse a consisté en une aide rapide aux entreprises, exempte de lourdeurs administratives, mais l’avenir de notre pays exige des mesures plus vigoureuses. Les plans de relance économique traditionnels ne constituent pas une réelle solution : quand ils n’échouent pas totalement, ils tardent à déployer leurs effets et manquent souvent leur cible. En lieu et place d’un plan de relance classique dicté par une conception économique aujourd’hui dépassée, les vert’libéraux s’engagent en faveur de réformes libérales qui permettront à notre société de se développer pleinement et de renforcer la liberté d’entreprise. Une protection cohérente de l’environnement et de la biodiversité nous donnera par ailleurs la garantie de bénéficier de ressources locales et rendra la Suisse plus résiliente face aux crises. Dans cette perspective, nous proposons de conjuguer de la manière la plus efficiente possible la digitalisation de notre société avec une conception moderne de la mobilité. Les 20 projets vert’libéraux pour une Suisse tournée vers l’avenir, visent à faire de notre décennie celle d’un succès historique.

 

La crise du coronavirus a soudain concrétisé des menaces que l’on pensait théoriques. Des finances publiques saines ne sont pas une fin en soi, mais constituent, de fait, la marge de manœuvre indispensable dans les moments difficiles. Loin d’être une simple situation appréciable, la conciliation entre la famille et la carrière est devenue une véritable nécessité économique. La digitalisation, quant à elle, ne doit pas être considérée comme une simple tendance et les autorités politiques doivent y voir une immense opportunité et la promouvoir activement.

 

Nous nous devons de rappeler ici les autres grands défis de notre époque. En effet, à côté des plans d’action mis en place contre les pandémies, le changement climatique d'origine humaine et la perte de biodiversité mettent en péril les bases de notre société. La réponse apportée par nos autorités à la crise du Coronavirus ne doit pas être interprétée comme un frein à la transition ni comme un retour aux vieux schémas de pensée et d'action. Au contraire, le temps est venu d’entreprendre rapidement des réformes visionnaires en investissant dans un avenir durable.

 

Une Suisse ouverte, sans protectionnisme

L'isolement et le protectionnisme ne constituent pas les réponses aux problèmes qui sont les nôtres aujourd’hui. Au contraire, la maîtrise des grands défis de notre époque passe par des relations internationales solides. Pour les vert’libéraux, une Suisse qui gagne est une Suisse qui entretient des relations étroites avec son partenaire européen et favorise le commerce ainsi que la coopération internationale.

Avec les 20 projets d’avenir présentés ci-dessous, les vert’libéraux s’engagent à faire de cette décennie, commencée sous des auspices difficiles, celle du changement et du progrès.

pdf-downlad des 20 projets pour une Suisse tournée vers l’avenir

Notre société a gigantesque potentiel : utilisons-le !

Pour diverses raisons, la Suisse souffre d'une grave pénurie de travailleurs qualifiés : la compatibilité entre la vie de famille et la vie professionnelle se révèle insuffisante, les possibilités de formation initiale et continue ne sont plus partout à jour ni adaptées aux besoins, et il n'est pas rare que le deuxième revenu d'une famille soit intégralement englouti par une charge fiscale excessive. Le problème s’aggravera si des mesures appropriées ne sont pas prises dans les meilleurs délais et il est par conséquent temps de développer une vision d’avenir pour notre marché du travail. Le changement doit passer par des réformes ciblées du système fiscal, de celui de la formation et de la recherche, ainsi que par une meilleure compatibilité entre la vie de famille et la vie professionnelle. Les nouveaux modèles de travail doivent être rendus possibles plutôt que découragés et de nouvelles plateformes de service doivent voir le jour. De cette manière, nous serons en mesure de mieux utiliser le potentiel riche et varié des citoyens de notre pays.

Renforçons l'esprit d'entreprise et la libre-concurrence, ce sont les bases de l'innovation et de la réussite économique

Une économie libérale est un atout depuis longtemps pour la Suisse. Un Etat fort qui se concentre sur ses tâches essentielles et qui favorise une concurrence équitable est également un élément important aux yeux des vert’libéraux. Dans de nombreux domaines, cette concurrence est aujourd'hui restreinte ou faussée. En effet, la législation du marché du travail n'est pas adaptée à la réalité du marché. La digitalisation et les nouvelles formes de travail ont profondément modifié la vie économique. Les services qui étaient autrefois assurés par un monopole, souvent détenu par l'État, peuvent maintenant être mis à disposition sur un marché libre (par exemple les télécommunications). Par ailleurs, un nombre croissant de personnes ont aujourd'hui plusieurs employeurs ou exercent comme travailleurs indépendants. Nous devons tenir compte de ces changements pour que notre système économique et notre marché du travail demeurent compétitifs sur le plan international.

Protégeons les ressources naturelles : devenons des pionniers de la protection de l’environnement et de la biodiversité

La Suisse a les capacités d’être un leader de la protection de l’environnement et de la biodiversité au niveau international. L'âge d’or des énergies fossiles appartient au passé. Pour atteindre nos buts, nous devons nous fixer des objectifs ambitieux de réduction des émissions de CO2 dans notre pays et nous doter d'une assurance qualité pour les compensations effectuées à l'étranger. De plus, nous avons surtout besoin de mesures efficaces et libérales dans toute la sphère d’influence de la Suisse. En plus des bâtiments, les domaines du trafic routier, aérien, de l’agriculture et de l’alimentation doivent être pris en main. La loi actuelle sur le CO2, qui est axée sur des objectifs clairs, est un premier pas dans la bonne direction. En revanche, il est évident qu’elle ne va pas assez loin. Un virage écologique est possible et les technologies pour une Suisse renouvelable et climatiquement neutre existent. Une transition énergétique réussie constitue une opportunité pour l’économie et la société.

Investissons intelligemment : allions digitalisation et mobilité

La crise du coronavirus a démontré l'importance des outils numériques tels que la vidéoconférence et le télétravail ainsi que celle d'une infrastructure performante. Des investissements coordonnés dans la digitalisation et la mobilité seront non seulement source d’économies mais assureront également l’amélioration de la qualité de vie dans un environnement préservé. Actuellement, en comparaison avec d'autres pays européens, la Suisse est à la traîne en matière de digitalisation. En ce qui concerne la mobilité, la Suisse persiste à miser sur l'expansion du trafic et des infrastructures plutôt que de se concentrer sur une gestion intelligente du trafic de manière à en diminuer le volume et la densité. La digitalisation est plus qu’un mot à la mode ; les responsables politiques doivent enfin saisir cette immense opportunité et la promouvoir activement.

Ensemble, nous sommes plus forts : Europe, libre-échange et coopération

En tant que petit État mondialisé, nous avons un intérêt particulier à ce que la coopération internationale soit couronnée de succès. De bonnes relations commerciales garantissent notre prospérité. Par ailleurs, les crises mondiales telles que le changement climatique, les pandémies ou la perte de biodiversité ne peuvent être résolues qu'au niveau international. Il faut renforcer l'engagement de la Suisse au sein des organisations internationales telles que l'ONU et les banques de développement, ainsi que la position stratégique de Genève en tant que site international.